Le 26 mars 2004. Un homme libre

Larrasoma-Pampelume
20 Kilomètres

Lorsque je marche, je suis un homme libre. Il m’arrive parfois de ressentir des choses extraordinaires qui sont difficiles à raconter. C’est comme si tout à coup, le temps s’arrêtait pendant quelques secondes pour me permettre de comprendre à quel point la vie est plus grande que je suis capable de l’imaginer. C’est comme s’il y avait deux mondes : l’un, qu’on peut toucher, comprendre, analyser et qui meurt; et un autre, qui est immatériel, que toute notre intelligence ne peut saisir et qui est un cadeau qui nous anime . Ces deux mondes vivent ensemble, côte à côte. Pour moi, en ce moment, ils sont aussi réels l’un que l’autre.


À l’heure du dîner, je vais dans une boulangerie pour acheter du pain et du jambon. Une femme souriante et enjouée d’une cinquantaine d’années me sert. Elle coupe le jambon en tranches et sépare la baguette de pain en deux pour me permettre de me faire un sandwich. Lorsqu’elle emballe la commande, je ne sais pourquoi, je remarque que ses yeux viennent pleins d’eau. Elle est émue, je la sens émue, Je n’ose pas lui demander si ça va, de toute façon, je ne le peux pas, je ne parle pas espagnol. Je suis étonné, j’essaie de comprendre ce qui se passe. Peut-être que je lui rappelle son fils ? Je ne sais pas, mais cela m’a marqué.

À Pampelune, je visite la cathédrale et je téléphone à Suzie. L’auberge de Pampelune étant fermée, je continue la route jusqu’à Cizor Menor, qui est située à quelques kilomètres plus loin.


Jusqu’à maintenant, j’ai toujours bien dormi. Les ronfleurs ne me dérangent pas, mais cette nuit, j’ai affaire au roi des ronfleurs. Il ronfle si fort que personne ne peut dormir dans l’auberge. C’est absolument impossible de ne pas l’entendre quoique je porte mes deux bouchons dans les oreilles et que j’aie mis ma tête sous l’oreiller.

Finalement, après quelques heures, le roi arrête de ronfler. Les autres ronfleurs, du type minou qui ronronnent, s’endorment et commencent à ronfler à leur tour. Une heure passe, puis le roi recommence à ronfler et les minous se réveillent. La routine s’installe : le roi ronfle, les minous restent éveillés. Le roi arrête de ronfler, les minous s’endorment et ronflent à leur tour. Ce sera comme ça toute la nuit.

Évidemment, ceux qui ne ronflent pas ne dorment pas.

Etape suivante